Paradis fiscaux et judiciaires

« Biens mal acquis » de la famille Bongo : BNP Paribas admet des « carences » mais pas d’« infraction »

dimanche 1er août 2021 par paradisfj.info

« Biens mal acquis » de la famille Bongo : BNP Paribas admet des « carences » mais pas d’« infraction »

Le directeur juridique de la banque a fortement minimisé le degré de connaissance que la BNP avait de l’origine et de la destination des fonds déposés à la BGFI, une banque gabonaise longtemps liée à Paribas, jusqu’en 1998.

Le Monde avec AFP
Publié aujourd’hui à 08h46, mis à jour à 09h12

La BNP Paribas, première banque française, mise en examen le 11 mai pour le blanchiment d’« au moins 35 millions d’euros » au moyen desquels la famille Bongo a acquis villas et hôtels particuliers en France, a reconnu des « carences » mais contesté tout « dessein frauduleux », selon son interrogatoire devant le juge consulté par l’Agence France-Presse (AFP).

Face au magistrat du pôle financier du tribunal de Paris, le représentant de la banque a soutenu que l’établissement n’avait pas connaissance que la famille Bongo « tirait les ficelles » du circuit financier et ignorait que l’argent provenait de potentiels détournements de fonds publics gabonais, dénonçant une « construction intellectuelle » de l’accusation.

Cette mise en cause de la première banque française et européenne, révélée par l’AFP mi-mai, a fait franchir un cap décisif à cette longue instruction dite des « biens mal acquis » qui porte notamment, depuis 2010, sur le luxueux patrimoine immobilier acquis par la famille d’Omar Bongo, président du Gabon de 1967 à sa mort en 2009 et auquel a succédé son fils Ali.

Si aucun membre de la famille, qui conteste tout détournement de fonds, n’est, à ce jour, mis en examen, la BNP Paribas est désormais poursuivie pour des faits de « blanchiment de corruption et de détournement de fonds publics » en lien avec le clan Bongo.

Dans le détail, le juge d’instruction Dominique Blanc soupçonne la banque d’avoir permis à la famille Bongo et à ses proches, via une société dénommée Atelier 74, de « convertir des fonds d’origine délictuelle dans des opérations immobilières, à hauteur d’au moins 35 millions d’euros » qui leur auraient bénéficié « directement ou via des structures ». Le tout entre 1996 et 2008. Lire la suite.


Accueil | Contact | Mentions légales | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 516 / 2052041

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site La Corruption  Suivre la vie du site Corruption politique  Suivre la vie du site LE PERSONNEL POLITIQUE  Suivre la vie du site Clan Bongo   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.3 + AHUNTSIC

Creative Commons License