Paradis fiscaux et judiciaires

Le livre qui a fait craquer Isabelle Balkany

jeudi 9 mai 2019 par paradisfj.info

Le livre qui a fait craquer Isabelle Balkany

VIDÉO. « Balkany, l’impuni » décrit les trahisons du couple levalloisien. L’attaque de trop pour Isabelle Balkany, hospitalisée la veille de sa parution ?

Par Mélanie Delattre
Modifié le 03/05/2019 à 15:38 - Publié le 03/05/2019 à 07:18 | Le Point.fr

On croyait tout connaître des Balkany, ce couple haut en couleur qui règne depuis 36 ans sur Levallois et les Hauts-de-Seine. Mais en lisant, il y a une dizaine de jours, l’ouvrage de Jean-Charles Deniau tout juste parti à l’imprimerie, nous avons eu l’impression d’être projetée dans l’intimité de ceux que l’auteur appelle « les Bonnie & Clyde de la corruption politique ». En effet, rien n’échappe à la plume acérée (et très bien renseignée) de l’auteur de Balkany l’impuni*, qui commence son récit par la rencontre de Patrick et d’Isabelle, avant de relater leur ascension dans le sillage de Charles Pasqua, la conquête de Levallois, l’âge d’or sarkozyste, jusqu’à la descente aux enfers, sur fond de guerre fratricide avec l’ancien intime du couple, Didier Schuller.

Un texte fourmillant de détails qui fera mal à ceux qui ont confié leur vote à l’édile et à son épouse pendant des années, tout comme il a dû faire mal à Isabelle Balkany.

[...] « Avez-vous entendu parler d’un palais dans la Palmeraie ? »

S’ils n’avaient pas trahi Chirac (pour Balladur) d’abord, puis Didier Schuller, en l’empêchant de revenir en politique après ses années de purgatoire, les Balkany couleraient peut-être encore des jours heureux dans l’une de leurs propriétés. Mais, en présentant un candidat face au « repenti » parti à la conquête de Clichy – alors qu’il l’avait assuré du contraire, Patrick Balkany aurait signé le début de ses ennuis judiciaires. C’est en tout cas ce qui ressort de cette conversation rapportée dans le livre.

« “Avez-vous entendu parler d’un palais dans la Palmeraie qui appartiendrait, dit-on, aux Balkany ?” lance, un jour, un médecin d’origine marocaine, présenté à l’élu en campagne par un militant. “Ce qu’a fait Balkany à Schuller est inqualifiable. Si tu peux te renseigner sur cette affaire, ce serait formidable. On en a assez du système Balkany.” Quelques semaines plus tard, le médecin dépose sur la table une enveloppe de papier kraft assez épaisse. Il est écrit : “MAROC – Notaire”. Y figurent deux actes d’achat d’une propriété à Marrakech du nom de Dar Gyucy avec le prix d’achat : 2 750 000 euros, la date de la transaction : janvier 2010. [...] À la simple lecture du dossier, il saute aux yeux que les véritables propriétaires du bien acheté par la SCI Dar Gyucy ont pris grand soin de n’apparaître sur aucun document ni en Suisse ni à Singapour. Mais une facture fait sursauter Didier Schuller. Elle émane d’un transitaire de Casablanca qui a fait parvenir à la villa Dar Gyucy un container renfermant une tonne de meubles. Il connaît bien le nom de l’expéditeur : Bertrand Prestige, une boutique parisienne située près des Champs-Élysées. Elle appartient à une femme qui se présente dans tout Paris comme une cousine d’Isabelle Balkany mais qui est en fait une de ses amies d’enfance. [...] Un premier indice de taille qui lie les Balkany au ryad de Marrakech. Schuller alerte son avocat William Bourdon qui mesure aussitôt l’importance de la découverte et fait parvenir le dossier au juge Renaud Van Ruymbeke. »

Relatée dans l’ordonnance de renvoi, la déposition d’une autre femme, Marie-Cécile B., qui possède une boutique de mobilier de jardin à Marrakech, est tout aussi instructive. Elle déclare sur procès-verbal : « Madame Balkany a acheté à plusieurs reprises du mobilier de jardin chez moi, et j’ai livré ce mobilier dans sa villa. » Elle donne aux policiers un avis de virement de 41 000 euros qu’elle a reçu d’une société genevoise. Il est tiré sur un compte à Singapour nommé, comme par hasard, Himola. La facture est surmontée d’une annotation manuscrite : « Isabelle Balkany ». Un coup dur pour celle qui déclarait aux enquêteurs ne « pas [être] propriétaire de la villa, mise à sa disposition par des amis ». Lire la suite.


Accueil | Contact | Mentions légales | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 111 / 1028168

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site La Corruption  Suivre la vie du site Corruption politique  Suivre la vie du site LE PERSONNEL POLITIQUE  Suivre la vie du site Les Balkany   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.3 + AHUNTSIC

Creative Commons License