Paradis fiscaux et judiciaires

Comment l’Islande traque ses "néo-vikings" de la finance, responsables de la crise

mercredi 11 juillet 2012 par marieagnes

Comment l’Islande traque ses "néo-vikings" de la finance, responsables de la crise

Le Monde.fr | 11.07.2012 à 13h58 • Mis à jour le 11.07.2012 à 14h02

Par Charlotte Chabas

Jusqu’à l’été 2008, les économistes ne tarissaient pourtant pas d’éloges sur le "miracle" islandais. Lancée à grande vitesse dans une libéralisation débridée, "l’Islande devrait être un modèle pour le monde entier", affirmait ainsi en 2007 le théoricien de l’économie de l’offre, Arthur Laffer, célèbre pour la courbe qui porte son nom. Privatisation de son secteur financier, fusion des banques d’investissement et des banques commerciales, dérégulation du marché du travail : la société islandaise devient rapidement un paradis pour les investisseurs. Dopés aux crédits bon marché, les Islandais sont alors considérés comme le peuple "le plus heureux du monde", selon le classement du World Database of Happiness.

Mais à la fin de l’été 2008, la bulle islandaise explose, conséquence de la crise des subprimes américaine. Deux semaines après la chute vertigineuse de Lehman Brothers, les trois principales banques du pays, dont la valeur représente 923 % du PIB, s’effondrent. La petite île isolée au milieu de l’Atlantique Nord est balayée par la crise, la couronne islandaise coule sans qu’aucune intervention ne puisse infléchir son cours. Le 6 octobre 2008, en direct à la télévision nationale, le premier ministre de l’époque achève son discours en demandant à Dieu de "sauver l’Islande".

[...] "PLEINE COOPÉRATION INTERNATIONALE"

Pour faciliter la mission du procureur, le gouvernement a procédé à des modifications législatives sur le secret bancaire. "Aujourd’hui, nous avons accès à toutes les informations, sans aucune objection possible", affirme Olafur Hauksson. Soupçons de fraudes bancaires, délits d’initiés, escroqueries, usurpations d’identité professionnelle, détournements de fonds, les enquêtes menées sont variées et les trois - bientôt quatre - salles d’interrogatoire ne désemplissent pas. Le procureur affirme travailler aujourd’hui sur "une centaine de dossiers prioritaires".

La plupart des personnes visées sont d’anciens responsables du secteur financier, membres des conseils d’administration des banques avant la crise. Des Islandais qui ont souvent choisi depuis de s’exiler dans des pays étrangers - au Luxembourg notamment - pour poursuivre leur carrière. Un éparpillement qui complique d’autant la tâche de l’équipe du procureur Hauksson. Mais celle-ci multiplie les perquisitions et ne s’empêche pas de poursuivre les enquêtes dans les filiales étrangères des banques islandaises, y compris auprès de ressortissants étrangers. "Nous avons une pleine coopération internationale", souligne Olafur Hauksson.

PREMIÈRES CONDAMNATIONS

A ce jour, quelques condamnations ont déjà été prononcées. Deux anciens dirigeants de la banque Byr, premiers à avoir été jugés, purgent une peine de quatre ans et demi de prison. L’ancien directeur de cabinet du ministre des finances au moment de la crise, Baldur Gudlaugsson, a été condamné pour délit d’initiés à deux ans de prison ferme. Plus récemment, c’est Sigurdur Einarsson, ancien président de la banque Kaupthing, qui a été condamné à rembourser à la banque 500 millions de couronnes islandaises - 3,2 millions d’euros - et a vu tous ses avoirs gelés.

D’autres attendent encore de passer devant la justice. Jon Thorsteinn Oddleifsson, l’ancien trésorier de la banque Landsbanki, devrait bientôt connaître son sort, tout comme Làrus Welding, l’ancien directeur général de la banque Glitnir. Lire la suite.


Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 369348

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le continent européen  Suivre la vie du site La crise islandaise   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.8 + AHUNTSIC

Creative Commons License