Paradis fiscaux et judiciaires

Perquisition à Paris chez le fils du président équato-guinéen

mardi 14 février 2012

Perquisition à Paris chez le fils du président équato-guinéen

PARIS (Reuters) - Une perquisition a été menée mardi au domicile parisien du fils du président de la Guinée Equatoriale Teodoro Obiang, visé par une plainte dans l’enquête sur des richesses détenues en France par des dignitaires africains, apprend-on de source proche du dossier.

La procédure, menée avenue Foch, dans l’ouest parisien, a été ordonnée par deux juges d’instruction qui conduisent contre l’avis du parquet cette enquête pour "détournement de fonds publics". Son existence a été validée par la Cour de cassation en 2010.

Teodorin Obiang, fils du président équato-guinéen, ne serait pas actuellement en France. L’enquête part du soupçon selon lequel plusieurs dirigeants africains et leurs proches ont puisé dans les caisses de leur Etat pour s’enrichir personnellement.

Ministre de l’Agriculture et des Forêts, Teodorin Obiang est devenu fin 2011 délégué permanent adjoint à l’Unesco, agence de l’Onu chargée de l’éducation, de la science et de la culture, ce qui lui procure une possible immunité, bien qu’en principe elle ne couvre pas les faits antérieurs à cette fonction.

Peu avant, l’Organisation non gouvernementale Transparency avait déposé une nouvelle plainte contre lui visant des faits apparus dans une note des Douanes de mars 2011 selon laquelle il a affrété en 2009 un avion ayant fait escale en France avec à son bord 26 voitures de luxe.

Certains de ces véhicules - dont sept Ferrari et cinq Bentley - ont été saisis par la justice à Paris fin septembre. Tracfin, la cellule anti-blanchiment du ministère de l’Economie, a par ailleurs informé la justice que Teodoro Obiang fils avait dépensé 18 millions d’euros lors de la vente aux enchères de la collection d’Yves Saint-Laurent et de Pierre Bergé en mars 2009.

Sans précédent en Europe, la procédure vise les biens détenus en France par les familles d’Ali Bongo (Gabon), Denis Sassou N’Guesso (Congo-Brazzavile) et Teodoro Obiang.

Une première enquête en 2007 avait recensé 39 propriétés immobilières de luxe et 70 comptes bancaires détenus par la famille Bongo et ses proches, 24 propriétés et 112 comptes bancaires pour la famille Sassou N’Guesso, ainsi que des limousines de luxe achetées par la famille Obiang.

Thierry Lévêque, édité par Gilles Trequesser

© REUTERS

Publié avec l’aimable autorisation de l’Agence Reuters.

Visitez le site de l’Agence Reuters.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1408 / 6453

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site La Corruption  Suivre la vie du site Corruption politique  Suivre la vie du site LES BIENS MAL ACQUIS   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License