Paradis fiscaux et judiciaires

Biens mal acquis : le président camerounais Biya visé par une plainte à Paris

mardi 2 février 2010

Biens mal acquis : le président camerounais Biya visé par une plainte à Paris

Le Conseil des Camerounais de la diaspora (CCD) a déposé mardi une plainte pour "recel de détournement de fonds publics" qui vise le président camerounais Paul Biya, soupçonné d’avoir constitué un patrimoine immobilier en France financé par des détournements.

AFP - le 02 février 2010, 18h08

Le CCD, une association de Camerounais vivant en France, a déposé plainte mardi au parquet de Paris, selon le récépissé de la plainte consulté par l’AFP.

Cette plainte, qui vise le chef de "recel de détournements de fonds publics", est dans la droite ligne des plaintes déposées ces deux dernières années par plusieurs associations comme Transparency international visant trois chefs d’Etat africains : Denis Sassou Nguesso du Congo, Teodoro Obiang Nguema de Guinée-Equatoriale et le défunt chef d’Etat gabonais Omar Bongo.

La doyenne des juges d’instruction du tribunal de grande instance de Paris, Françoise Desset, avait donné son feu vert en mai 2009 à l’ouverture d’une information judiciaire après le dépôt de ces plaintes mais le parquet avait saisi la cour d’appel de Paris qui a finalement rejeté cette enquête au motif que les plaignants n’avaient pas subi de préjudice direct lié à d’éventuels détournements.

"Cette plainte contre M. Biya est le fait d’une association de Camerounais, et non d’une ONG française, nous sommes directement concernés par d’éventuels détournements," a expliqué le président du CCD, Robert Waffo-Wanto, au cours d’une conférence de presse.

Selon les plaignants, le patrimoine acquis en France par M. Biya, à la tête du Cameroun depuis 1982, pourrait atteindre plusieurs centaines de millions d’euros.

"Si une enquête était ouverte en France, cela permettrait de savoir enfin ce que détient M. Biya, qui vit dans le luxe avec sa famille alors que la pauvreté progresse sans cesse au Cameroun", a estimé le vice-président du CCD, Celestin Djamen.

Le parquet de Paris peut désormais ouvrir une information judiciaire, confiée à un juge d’instruction, mener lui-même une enquête préliminaire ou classer sans suite cette plainte.

© AFP

Publié avec l’aimable autorisation de l’Agence France Presse.

Visitez le site de l’Agence France Presse.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1314 / 113499

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site La Corruption  Suivre la vie du site Corruption politique  Suivre la vie du site LES BIENS MAL ACQUIS   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License