Paradis fiscaux et judiciaires

Andorre, gentil paradis fiscal rattrapé par la crise financière

mercredi 25 mars 2009 par marieagnes

Reportage

Andorre, gentil paradis fiscal rattrapé par la crise financière

LE MONDE | 24.03.09 | 14h54 • Mis à jour le 24.03.09 | 16h42

ANDORRE-LA-VIEILLE ENVOYÉ SPÉCIAL

"Un dépôt régulier de 30 000 euros par mois et en liquide ?" La proposition enchante Maria S., chargée de clientèle au Banco Privada de Andorra, à Andorre-la- Vieille, capitale de la principauté pyrénéenne dont le président de la République française est le co-prince. L’inconnu que vous étiez il y a une minute encore a été invité dans un bureau anonyme mais confortable ; il s’est vu proposer une tasse de café et un - très - léger questionnaire.

Vous vous inventez alors une profession libérale (prothésiste ou avocat) et un lieu de résidence proche (Toulouse) et Maria vous félicite de placer loin des griffes du fisc français le fruit de votre travail. Maria répond volontiers à vos questions. Non, la banque n’héberge pas les comptes de trafiquants de drogue. "En trente ans de carrière je n’en ai jamais vu, dit-elle. Si vous me parliez de déposer 1 million d’euros par jour, la décision dépendrait du conseil d’administration. Et ils diraient non ! Nous connaissons tous nos clients."

Lire la suite sur le site internet du journal Le Monde.


Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 487277

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le continent européen  Suivre la vie du site Andorre   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.8 + AHUNTSIC

Creative Commons License