Paradis fiscaux et judiciaires

Les avantages à Gautier-Sauvagnac confortent l’idée d’une responsabilité collective

vendredi 29 février 2008

29/02/2008 18:05

PARIS (AFP) - Les avantages à Gautier-Sauvagnac confortent l’idée d’une responsabilité collective

[illustration : Denis Gautier-Sauvagnac le 7 septembre 2007 au siège du Medef à Paris - © 2008 AFP - Stéphane de Sakutin]

Les avantages consentis à Denis Gautier-Sauvagnac par l’UIMM confortent l’idée d’une responsabilité collective dans l’affaire des retraits de fonds suspects sur laquelle enquête la justice, et que l’ex-numéro un du patronat de la métallurgie n’a fait que perpétuer, selon des sources proches du dossier.

L’Union des industries et métiers de la métallurgie, branche la plus puissante du patronat français, a confirmé jeudi soir à l’AFP avoir versé une indemnité de 1,5 million d’euros à Denis Gautier-Sauvagnac.

L’organisation patronale a indiqué s’être également engagée à prendre à son compte les "seules éventuelles conséquences fiscales" de l’affaire.

"On a la conviction intime que Denis Gautier-Sauvagnac a agi dans l’intérêt de l’UIMM, il n’a pas à souffrir d’un redressement fiscal", commente-t-on à l’UIMM, qui a annoncé la prochaine transmission des documents à la justice.

L’accord a été avalisé par l’ensemble du bureau de l’UIMM, qui réunit des dirigeants de grands groupes industriels français, a-t-on précisé de même source.

Le bureau s’est également engagé à l’unanimité à "renoncer à toute action de quelque nature qu’elle soit, comme à toute réclamation à l’encontre de Denis Gautier-Sauvagnac et de ses collaborateurs", signifiant ainsi qu’il ne se constituerait pas partie civile dans l’enquête judiciaire en cours.

L’organisation semble ainsi faire l’impasse sur son préjudice en terme d’image et sur les conséquences financières, renforçant la thèse d’une responsabilité collective assumée.

Depuis le début de l’affaire, M. Gautier-Sauvagnac affirme que ces retraits en espèces "s’inscrivaient dans une tradition historique de l’UIMM" et qu’il avait souhaité y mettre progressivement fin "à partir de 2006".

Mais, pour le Parti socialiste notamment, les avantages accordés à M. Gautier-Sauvagnac par l’UIMM semblent n’être ainsi qu’une "contrepartie à son silence" sur les bénéficiaires des retraits suspects.

Un point de vue formellement démenti vendredi par le nouveau président de l’UIMM, Frédéric Saint-Geours, selon qui l’accord conclu est "dû, non pas à une volonté de silence, mais bien parce que, d’une part, M. Gautier-Sauvagnac était mis à la retraite et que, d’autre part, le bureau renonçait à toute poursuite ou toute réclamation vis-à-vis de lui".

"On l’a mis à la retraite de force alors qu’il pouvait encore espérer rester en fonction quelques années", a justifié une source proche de l’UIMM, selon laquelle le montant a été "âprement discuté".

L’annonce de la transaction financière a provoqué vendredi de vives réactions politiques, le PS demandant notamment l’"annulation" de l’accord et le Premier ministre, François Fillon, estimant que la question se poserait en cas de sanction.

La présidente du Medef, Laurence Parisot, a interrompu ses vacances afin de "prendre les décisions qui s’imposeront", selon le patronat.

Les tractations qui ont précédé la signature de l’accord sont intervenues en pleine affaire des retraits en liquide suspects des caisses de l’UIMM, effectués sous l’autorité de M. Gautier-Sauvagnac entre 2000 et 2007, et pour laquelle il est mis en examen.

Lors de son audition en garde à vue, les policiers avaient prévenu le délégué général : faute d’identifier les bénéficiaires des retraits, il pourrait être "considéré comme l’ultime bénéficiaire" de l’ensemble des 19 millions d’euros retirés et faire ainsi "l’objet d’un redressement fiscal sur toutes les sommes ayant transité entre (ses) mains".

Les enquêteurs soupçonnent que la majeure partie de ces fonds a pu servir au financement occulte de syndicats. M. Gautier-Sauvagnac n’en dit rien et se contente d’affirmer qu’il avait procédé, comme ses prédécesseurs, "à des remises de fonds aux représentants des organismes participant à la vie sociale du pays".

© AFP

Publié avec l’aimable autorisation de l’Agence France Presse.

Visitez le site de l’Agence France Presse.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1829 / 70415

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site La Corruption  Suivre la vie du site Corruption économique  Suivre la vie du site LES CAISSES NOIRES DES ENTREPRISES  Suivre la vie du site L’Union des industries et métiers de la métallurgie (...)   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License